Sur les traces des nomades

Turkemen, Yuruks, Kurdes - yourte et tente

Seuls les rares individus que l'on peut encore rencontrer se déplaçant avec leurs troupeaux et leurs bêtes de somme ou campant sur leurs emplacements habituels sont de vrais nomades. En Turquie, il n'en reste que quelques milliers. L'état s'acharne à les sédentariser. Le jour n'est pas éloigné où la dernière famille cessera sa migration annuelle et ne vivra plus sous tente.

 

 

On trouve encore des nomades parmi les Kurdes de l'Est et du Sud de l'Anatolie. Il existe encore des Yuruks nomades bien qu'ils aient quitté les hauts plateaux de l'Anatolie centrale pour les montagnes du Taurus et leurs vallées; leur nombre décroît rapidement. Ces fiers bergers perdent lentement leurs coutumes et leurs traditions originales au contact de leurs voisins sédentaires depuis, qu'entre autre, on les oblige à habiter l'hiver dans des maisons en dur.

Tente du Sud du Taurus semblable à une yourte
Typique tente en poils de chèvre du Nord du Taurus

Au cours de mes voyages dans le Taurus, j'ai pu faire des observations intéressantes quant à la forme des tentes de ces semi-nomades yuruks. Elles diffèrent fortement entre le versant Nord et le versant Sud de la chaîne de montagne. A part les nomades de Silifke, les Yuruks du Nord se contentent d'une tente par famille pour y habiter, cuisiner et dormir. La tente est composée de bandes tissées de poils de chèvre de teinte foncée. Ce tissu assez sec a la particularité de ne pas feutrer et de laisser passer l'air et la fumée du foyer évitant ainsi une accumulation de chaleur. En cas de pluie, les fibres gonflent et la perméabilité diminue. La tente est soutenue par trois mâts. Verticalement, d'autres bandes, également en poils de chèvre et de 150 cm environ, complètent la tente et lui donnent un aspect de maisonnette. L'intérieur est spartiate. Près de l'entrée se trouve le foyer entouré d'un rectangle de pierres. A portée de main, les ustensiles de cuisine, les marmites, les trépieds ainsi que la plaque de tôle destinée à la cuisson du pain. Le long des parois, on entasse les bagages sur un empierrement afin de les protéger de l'humidité. Le sol de la partie reculée de la tente est recouvert d'un feutre, d'un kilim ou même d'un tapis pour y recevoir les hôtes ou y dormir.

Au Sud du Taurus par contre, chaque famille d'une certaine importance dispose de deux ou trois tentes pour y habiter, cuisiner ou accueillir des invités. La construction de ces tentes rappelle celle des yourtes. La charpente est faite de bois de saule ceintré dont les extrémités affûtées sont plantées dans le sol. Le tout est recouvert de feutre brunâtre ou de tissu de poils de chèvre. Le sol près de l'entrée reste toujours libre. Certaines familles ont remplacé le foyer par un fourneau muni d'une cheminée. Souvent, un rideau isole la partie arrière qui sert de chambre à coucher. Les tchowals, sacs doubles, kilims et autres tapis décorent l'intérieur. La tentecuisine sert à conserver la nourriture des gens et des animaux, les selles, harnais etc. C'est le domaine des femmes qui y accomplissent les travaux ménagers: pétrir la pâte, cuire le pain, battre le beurre ou confectionner le fromage. En cas de beau temps, le foyer est allumé à l'extérieur.

De plus en plus, ce que l'on trouve dans les tentes n'arrive plus à être chargé sur des chameaux. Des tracteurs permettent aux nomades de posséder des objets donttls devaient jusqu' alors se priver

Des chevilles de bois fixent ensemble les parois et le toit
Association suisse
des commercants
en tapis d'orient
Bernstrasse 11
CH-3250 Lyss
téléphone: +41 32 384 73 87
infosov-et.ch